De guerre lasse

Par défaut

Tes mots résonnent de mort et d’abandon

Tes épaules s’affaissent, le temps se fait long

Et pourtant jeune fille tu es là, devant moi,

Testant mes forces et mes limites, tu instaure ta loi.

Tu déroule ta vie, tes souvenirs

Mais je le sens, tu me dissimule le pire.

Des images rouges luisent sous ton cuir.

Tes pas sont vains, pleins de fureur

Ton statut te hante : apatride ! Apatride !

Et dans tes yeux sans rides

Dansent des corps débordant d’horreur

Qui te contemplent avec aigreur.

Ils murmurent que tu as été enlevée

Ou que tu as lâchement fuit vers la paix

Mais en leur sein nulle trace de respect

A leurs yeux tu te baigne dans le péché.

Oublie les ma jolie, oublie cet abandon

Qui viole ton sourire écrasé sur le goudron.

N’attend pas le leur, trouve ton propre pardon.

Publicités

Bla ? Blablabla !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s